Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Otaku San
Legend
Legend
Masculin
Nombre de messages : 10621
Age : 35
Localisation : A Akihabara ('fin un jour peu-être)
Date d'inscription : 11/09/2011
http://www.catchfans.net

Un lutteur indépendant contraint de mettre un terme à sa carrière

le Sam 20 Juin 2015 - 20:33



Triste histoire pour Josh Alexander, qui malheureusement à 28 ans est obligé de mettre fin à sa carrière de lutteur. L'un des membres de Monster Mafia commençait juste à se faire un nom après plusieurs passages remarqué à la PWG et à la ROH.

Il se retire suite à des hernies discales répétés qui ne lui laisse pas d'autres choix que de quitter les rings pour de bon. Cependant il remontera sur les rings une dernière fois pour un show de la Alpha 1 le 12 Juillet 2015.

Il a également posté sur son blog une lettre pour tout expliquer:

Pendant une grande partie de mes 10 ans d’expérience, j’étais en mode auto-pilote. Je faisais ce que j’aimais et cela ressemblait à une routine. J’ai fait bon nombre de sacrifice afin de vivre mon rêve. Mon but était de devenir quelqu’un que l’on remarque (…)

Ce 3 juin 2015 dernier, ma vie a changé à jamais. J’ai reçu des nouvelles. Des nouvelles pour lesquelles je n’étais pas préparées. Des nouvelles que j’essaie de digérer. Aujourd’hui, je dois dire que j’ai échoué misérablement à me faire à l’idée.

Ma vie d’avant-lutte était morne. J’avais très peu de personnes que je pouvais qualifier d’amis. Je faisais ce qui était le mieux pour mon avenir, mais je détestais chacune des minutes. J’étais ce gosse un peu gros qui n’excellait dans rien. J’étais déprimé. J’ai grandi tout seul, ce qui explique mes carences sociales actuelles. J’ai toujours souffert de dépression jusqu’à l’arrivée de la lutte. J’ai trouvé quelque chose dans lequel j’excellais et cela me faisait sentir tellement bien d’être bon dans quelque chose. L’admiration que je recevais de mes pères et des fans me faisait sentir être quelqu’un. Je suis devenu amis avec des personnes qui avaient les mêmes centres d’intérêts que moi et nous avons établi une longue amitié. Pour la première fois de ma vie, j’ai trouvé la paix. En lutte, je faisais partie de l’élite. Je n’étais plus invisible. Je sortais du lot. J’avais trouvé quelque chose me permettant d’être quelqu’un et me permettant de voir ma valeur. La lutte m’a permis de comprendre que la vie méritait d’être vécue (tristement, cela était une question que je me suis posé à plusieurs occasions). Pour tout cela, je serai toujours reconnaissant envers ce business.

Voici donc l’histoire.

Il y a deux ans à la AAW, j’ai eu une blessure au cou. J’ai perdu en sensations et j’ai eu des douleurs au niveau de la colonne vertébrale durant les 6 mois suivants. J’ai alors fait un break et j’ai déménagé à Alberta en pensant que cela pouvait permettre à mon corps de se régénérer. Cela fut efficace et le fait de retourner dans le business me démangeait. J’étais déterminé. Je n’en avais pas fini. Je voulais un contrat, quelque chose qui validerait mes 8 années de sacrifice. Cela était devenu mon objectif à ce point. La Ring of Honor était alors dans mon viseur. Je sentais que cela était un objectif atteignable.

Quelques mois après mon retour, j’ai fait un “ROH Tryout Camp”. Ayant déjà lutté pour la ROH et ayant reçu de bons échos, j’étais tout de même ennuyé de devoir faire ces formalités et devoir passer par un camp pour être considéré. Cela s’avéra une bonne expérience même si cela ne payait pas beaucoup. En revanche, cela a payé par la suite sous la forme d’un match contre les reDRagon (19 juillet 2014 en équipe avec Ethan Page). Ce match était proche de la perfection. La foule de Dearborn (Michigan) a fait de moi le gars le plus soutenu du fait de mes protections d’oreilles (le Michigan est une terre où la lutte amateur est très développée). Ethan Page et moi avons tout donné et avec l’aide de deux des meilleurs lutteurs au monde, nous avons fait un succès. C’est l’un des moments de ma carrière dont je suis le plus fier. Nous avons volé le show. Peu de personnes le savent mais en recevant un Tornado DDT de Kyle O’Reilly, j’ai entendu un "crac" au niveau de mon cou. Peu de temps après, j’ai perdu toutes sensations au niveau de mon bras droit.

J’ai dû m’absenter quelques semaines où même dormir m’étais difficile. Cela fut la pire douleur que j’ai connu de ma vie. J’ai fait une radio puis je suis allé voir un neurologiste afin d’avoir des précisions. Il m’a dit que j’avais une hernie discale et que j’allais devoir me faire opérer. A la fin du mois de septembre, je suis donc secrètement passé sur le billard et fait fusionner mes vertèbres C5 et C6.

Pour ceux qui vérifieraient, oui j’ai continué à lutté durant cette période (entre la blessure en juillet et l’opération en septembre). J’ai caché ma blessure à tout le monde. Ethan Page était un peu suspicieux mais je ne pouvais pas lui dire la sévérité de tout cela. Je sais qu’il m’aime comme un frère et ne m’aurait pas laissé lutter s’il avait été informé. Je refusais cependant ce rater mon opportunité avec la ROH et j’ai d’ailleurs eu de grands matchs durant cette période. Tim Donst et moi en avons notamment eu des bons à ce moment-là à la AIW et Monster Mafia (son équipe avec Ethan Page) à de nouveau cartonné à la ROH à Toronto pour All Star Extravaganza (6 septembre 2014).

Mon combat suivant à la ROH fut contre Roderick Strong et Jimmy Jacobs à Chicago (23 aout 2014, en équipe avec Ethan Page). J’aurai aimé être en meilleur santé pour celui-ci. J’ai énormément de respect et d’admiration pour la machine qu’est Roddy Strong et j’étais dévasté de ne pouvoir lui donner un Josh Alexander (3ème personne !!!) à son meilleur. Je pense qu’il a dû juste se dire que j’étais nul (…)

Je me suis donc fait opérer (ce qui lui fera rater le mois d’octobre 2014). Durant cette période, Monster Mafia a dû refuser un booking de la ROH. Une part de nous était cependant frustrée du manque d’intérêt exprimé par la ROH envers nous, tant bien même que nous ayons toujours délivré la marchandise chez eux. La raison principale de ce refus était cependant que cela ne faisait que deux semaines que je m’étais fait opérer (quelque chose que je ne leur avais évidemment pas dit). L’horloge continuait cependant de tourner. Je devais penser à revenir. Si la ROH ne me voulait pas, il me restait la possibilité d’essayer la PWG. Je ne pouvais cependant pas abandonner mon coéquipier. Le souci des bookings en équipe est qu’ils ne se transforment pas en bookings solo quand l’un des deux partenaires est absent. Alors que l’on m’avait conseillé de ne plus jamais lutté à nouveau et seulement 5 semaines après mon opération (bien trop tôt), je suis retourné à la Alpha-1 pour affronter Ricochet (…)

En février 2015, Monster Mafia a débuté à la PWG. Cela a enfin eu lieu. Cela était de plus contre deux de mes adversaires et personnes préférées, les Young Buck. Cela était honnêtement un rêve qui devenait réalité. Je passais des salles pourries de Hamilton (Ontario) à la Californie en compagnie de mon meilleur ami pour performer dans l’un des endroit les plus chaud de la lutte. C’était surréalité.

Nous avons ensuite été rappelés pour le show d’après afin d’affronter Love Gun (Matt Sydal et Chris Sabin). C’est durant ce match que ma carrière a pris nouveau virage (3 avril 2015). Mon cou ne me faisait plus souffrir et j’étais de nouveau au meilleur de ma forme. Les sensations au niveau de mon bras droit étaient presque totalement revenues. A la fin du match, Sabin m’a cependant porté une Powerbomb et Sydal son Double Knee. La suite est la faute de personne mais juste d’un mauvais timing, cela aurait pu arriver à n’importe qui. Alors que je recevais les mouvements, ma tête a frappé le sol. J’ai fini le match mais j’avais honnêtement la sensation d’avoir pris une balle. Après être retourné chez moi, je me suis réveillé avec une énorme douleur, dorénavant dans mon bras gauche, et avec une perte de sensation. J’étais dévasté, c’est le moins de le dire. Pas encore ! Cela n’est pas possible.

Mon destin …

Mon coéquipier est obsédé par la destiné. C’est un sujet régulier dans la voiture. Je me suis moi-même demandé un nombre incalculable de fois si ma destinée était de finir comme cela. Le fait est que je ne voulais pas abandonner mon meilleur ami au moment où il avait le plus besoin de moi, sinon j’aurai fait davantage attention à mon corps (…) Je m’étais également blessé au niveau du coup suite à un Top Rope Reverse Rana, un risque que j’avais pris parce qu’il fallait que nous retournions aux USA et qu’il fallait donc donner un moment mémorable. La ROH me donnera peut-être un contrat si je leur donne un tel moment ? Oui, c’était idiot. Le match de ce soir-là contre les reDRagon n’était pas supposé se finir comme cela, je n’étais pas censé être directement impliqué dans le final. A la PWG, j’ai dû convaincre Sabin qu’il pouvait me projeter en l’air pour me porter la Powerbomb. Cela a mal été fait. Etait-ce mon destin ? Non. Juste un risque que les lutteurs prennent. Si cela n’était pas arrivé à ce moment-là, cela serait inévitablement arrivé par la suite. Mon cou était trop fragile. C’est le monde de la lutte, tout donner dans le ring qu’il y ait 10 ou 1000 fans.

Après ce match contre Love Gun, j’ai dit à Ethan Page que je voulais que l’on fasse partie du tournoi DDT. Cela était un rêve. Nous étions une équipe avant tout. Nous avons alors atteint ce qui nous semblait inatteignable, remporter les ceintures de la PWG durant le tournoi DDT. Pas seulement remporter le titre, mais le faire avec mon meilleur ami … même si cela n’a pas duré longtemps.

La semaine précédant le DDT, j’ai fait une radio. Le matin du 3 juin les résultats sont arrivés. Assez facile de dire que j’ai dû m’assoir en recevant la nouvelle. J’avais une hernie discale à chaque niveau de mon cou. Mon neurochirurgien m’a dit qu’une opération était la seule option. Ils doivent dorénavant fusionner deux autres vertèbres. C’est la seule solution pour enlever la douleur persistante et mettre fin à d’autres symptômes. Le 23 juillet 2015 j’aurai donc ma seconde opération au cou en moins d’un an (…)

Je ne veux cependant pas paraitre misérable à ne parler que du mal. Je veux juste que si vous entendez une dernière fois parler de moi, que cela soit de moi-même. Lors de cette dernière année, je ne me suis pas senti fier de monter dans le ring. J’avais le sentiment que cela sonnait faux de m’appeler lutteur professionnel, bien que je n’ai probablement jamais eu une si belle carrière en matière de renommée. J’ai également eu les pires blessures. Mon cou m’a sans cesse empêché de m’entrainer et de rester en forme. Enfant, j’étais obèse et on se moquait de moi tous les jours. Etre en forme était donc un moyen de reprendre confiance en mois (…) La lutte m’a permis de prendre confiance en moi. Quand je suis à mon meilleur, je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un de plus fort que moi. Quand je repense à mon automne 2013, c’est mon sommet. Je regretterai cependant toujours de ne pas avoir pu le montrer plus aux yeux du monde (…)

Le constat final est que je regrette de ne pas avoir eu ce contrat. Je regrette même de n’avoir jamais été invité au podcast de Colt Cabana (j’aurai surement dû embrasser plus de derrière), mais quand je repense à tout ce que j’ai accompli, je suis fier de tout (…) Même si j’ai échoué à obtenir un contrat, je suis allé à la PWG, je me suis fait d’incroyables amis et j’ai croisé de merveilleux fans. J’ai voyagé à travers l’Amérique du Nord et je me suis fait un peu d’argent de cette manière. Je tiens à remercier toutes les promotions qui m’ont permis de vivre mon rêve. En premier lieu, je remercie Ethan Page de m’avoir donné le courage d’admettre que j’étais blessé (…)

Je ne dis pas que je prends ma retraite. Je déteste devoir faire cela. Je n’ai juste pas d’autres choix. Je me console en me disant que je n’étais déjà pas censé revenir après ma première opération. J’ai cependant pris le risque. Il me reste encore des choses à accomplir. Je suis heureux des souvenirs que je me suis créés et qui me resteront à jamais. Je suis fier également de me dire qu’en 10 ans de lutte, je n’ai jamais blessé un de mes adversaires (à l’exception du nez de Scotty O’Shea à plusieurs occasions) (…)

Je tiendrai un show le 12 juillet 2015 à Hamilton sous l’égide de la Alpha-1, la compagnie qui a énormément fait pour ma carrière. Tous les profits de ce show serviront à aider ma famille. Ils en auront besoin quand je serai absent car en convalescence suite à mon opération. Plusieurs scénarios ont été étudiés pour mon dernier match comme affronter Michael Elgin, Psycho Mike, Johnny Devine ou encore la star montante Tyler Thomas. Je veux cependant terminer de la façon qui me semble la plus juste, avec ceux qui ont commencé avec moi, aux côtés de mon frère Ethan Page contre deux de mes adversaires préférés, Scotty O’Shea et Alessandro Del Bruno. Monster Mafia vs Gym Rats. J’espère voir tout le monde là-bas pour ce qui marquera la fin d’un chapitre de ma vie avec des personnes qui ont tellement compté pour moi.


Palmarès de Josh:

- 1x A1 Alpha Male Championship
- 1x A1 Zero Gravity Championship
- 1x AAW Heavyweight Championship
- 1x AIW Absolute Championship
- 1x C4 Championship
- 1x C4 Tag Team Championship
- 1x FPW Tag Team Championship
- 1x GCW Tag Team Championship
- 1x IWL Tag Team Championship
- 1x PWG World Tag Team Championship
- 2x SCW Premier Championship
- 1x UNION Heavyweight Championship







Source: FNlutte.com et PWPondering.com
avatar
Targhan
Main Eventer
Main Eventer
Masculin
Nombre de messages : 8220
Age : 39
Localisation : Nancy
Date d'inscription : 31/10/2010

Re: Un lutteur indépendant contraint de mettre un terme à sa carrière

le Sam 20 Juin 2015 - 20:39
Ah mince... je commençais à apprécier les Monster Mafia.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum